Preparation

 

On donne le nom de d'alcoolatures à des préparations résultant de l'action extractive exercé par l'alcool éthylique pur (éthanol) sur des drogues végétales (alcoolatures simples) ou mélanges de drogues végétales (alcoolatures composées). Les drogues végétales sont employées fraîches, ce qui les différencies des teintures qui sont réalisées avec des drogues sèches. Elles conservent moins bien que les teintures.
Attention : les alcoolatures ne doivent par êtres confondues avec les teintures officinales. Les alcoolatures sont les ancêtres des teintures mères homéopathiques. Les alcoolatures sont utilisées pour les plantes qui perdent leurs propriétés en parties ou en totalités par la dessiccation (comme l'alliaire). Les alcoolatures figurent au Codex depuis 1866.
Les alcoolatures sont colorées, celles faites à partir des racines ou des écorces sont brunes et celles des feuilles sont vertes.
Pour la préparation des l'alcoolatures on met en contact à froid la drogues végétales avec de l'alcool soit à 95°  (feuilles d'aconit) ou parfois 80° (écorce de citron ou d'orange).
L'alcool bouillant est utilisé quand il est nécessaire de réaliser une stabilisation de la drogues dans ce cas l'alcool employé sera à 95° (valériane) ou à 75° (marron d'Inde).
L'alcool à 90° figurait dans les préparations aux Codex 1866 et 1884.
En générale on fait macérer en vase clos et en agitant de temps en temps 8 à 10 jours la drogue contuse dans son poids d'alcool ( 100 g de drogue pour 100 gr d'alcool par exemple) ou dans le double de son poids d'alcool pour l'écorce de citron et l'écorce d'orange ( 50 g de drogue pour 100 g d'alcool).   

L'alcool à 95° :
Aconit (feuilles)

L'alcool à 95° bouillant :
Valériane.

L'alcool à 90° :
Aconit (racines), arnica (fleurs), belladone (feuilles), bryone, ciguë (feuilles), colchique (bulbe), colchique (fleurs), digitale, drosera (plante entière), eucalyptus, jusquiame, laitue vireuse, seigle ergoté, thuya.


l'alcool à 80° :

Écorce d'orange, écorce de citron (drogue dans le double de son poids d'alcool).

L'alcool à 75° bouillant :
Marron d'Inde.
 

Utilisations des alcoolatures :
On utilise les alcoolatures en usage interne la posologie est en fonction de la plante utilisée, de l'âge et de la maladie à traiter, on verse un certain nombre de gouttes dans un verre ou demi verre d'eau.
Bien sur les alcoolatures  faites à partir de plantes à alcaloïdes ou glucosides comme l'aconit sont réservées à la prescription médicales.
On utilise aussi les alcoolatures en usage externe en gargarisme, en compresse, lavage des plaies par exemple.
On peut aussi incorporer des alcoolatures dans des crèmes aussi.

Par exemple si je veux préparer une alcoolature de romarin je procède de cette façon :

Feuilles de romarin fraîches   200 g
Alcool à 90°                           200 g

Dans un bocal à large ouverture et fermant hermétiquement, je mets les ingrédients à macérer pendant 8 à 10 jours. Je filtre et en pressant bien le résidu, (personnellement j'utilise la filtration sous vide avec un verre fritté car le papier filtre ordinaire laisse passer quelques résidu).
Je conserve ma teinture dans un flacon en teinté en fermant bien.

Pour de l'alcoolature de citron ou d'orange :
Zeste de citron frais ou d'orange frais 50 g
Alcool à 80°                                        100 g

Accueil