Preparation

 

 

Non latin : Melissa officinalis
Famille : lamiacées (labiées, labiacées, labiatacées)
Autre noms : baume mélisse,céline, citronne, citronnelle, citronnade, herbe au citron, herbe aux mouches, mélisse citronnelle, mélisse des boutiques, menthe au citron, piment des abeilles, piment des ruches, poincirandi, ponchirade, ponicarde, poincivade, thé de France. 
Composition : huile essentielle, résine, tanin, principe amer, acide gallique, cire, mucilages, camphre, polyphénols, acide rosmarinique, flavonoïdes aglycone, triterpènes.
 
Mise en Garde : Pas d’usage prolongé car son action antigonadotrope freine l’activité des glandes sexuelles. Incompatible avec les métaux et métaux lourds et leurs sels.
 
Parties Utilisées : feuilles, sommités fleuries.
Récolte : on récolte les feuilles avant la floraison en mai et juin, les sommités fleuries vers juin à août juste au moment de la floraison.
Floraison : Juin à Septembre
 
Propriétés :
Antalgique
Antibactérien
Antispasmodique
Antivirale
Calmantes et sédative
Carminative
Cholagogue
Cholérétique
Emménagogue (légèrement)
Fébrifuge
Hypotensive
Stimulante (physique et intellectuel)
Stomachique
Sudorifique
Tonique (du cerveau, cœur, utérus, digestif)
 
Indications :
Aérophagies
Anémie
Anxiété
Asthme
Ballonnements et flatulences
Bourdonnements d’oreilles
Bronchites chroniques
Déficience intellectuelle (mémoire)
Dépressions
Diarrhées
Dyspepsies (douleurs gastriques)
Coliques
Crampes et douleurs menstruelles
Émotivité
Épuisements nerveux
Fatigue
Indigestions nerveuses
Grippe
Herpès
Hoquet
Mélancolie
Migraines d’origines nerveuses ou digestives
Nausées et vomissements (en de grossesse, mal des transport)
Nervosité (et convulsions, épilepsie)
Neurotonie
Névralgies
Palpitations
Problèmes digestifs
Rhume
Troubles du sommeil
Vermifuge
Vertiges
Vulnéraire
 
Usages externes :
Contre les insectes
Contusions
Herpes labiales
Névralgies
Piqûres d’insectes
Rhumatismes
 
 
 
La mélisse est une plante médicinale de grande renommée et ses vertus ne sont pas négligeables, d’ailleurs elle doit faire parties des plantes que l’on doit avoir à la maison. Comme ses noms vernaculaires l’indiquent la mélisse se caractérise pour son odeur de citron, toute fois cette bonne d’odeur de citron a tendance a ce transformée en odeur de punaise quand la mélisse fleurie c’est pour cela qu’il faut récolter les feuilles avant la floraison. Et les sommités fleuries juste à la floraison avant que cette mauvaise odeur apparaisse.
 
La mélisse en France n'existe à l'état sauvage qu'en Corse. Dans le reste du pays, elle s'est échappée des jardins ou est un reliquat d'anciennes cultures médicinales. Elle peut passer inaperçue au milieu d'un bouquet d'ortie piquante ou d'ortie blanche car elle leur ressemble.
A l’époque de Dioscoride et de Théophraste, la mélisse s’appelait mellissophyllon (feuille à abeille). Tandis que Pline et Virgile la nommait apiastrum.
Melissa signifiant abeille en grec, car c’est une de nos meilleur plante mellifère, d’ailleurs là encore ses noms vernaculaire précise cette caractéristique :
 piment des abeilles, piment des ruches. Les apiculteurs, depuis Virgile, en frottent les parois des ruches pour que les essaims volants s'y posent et ne les délaissent pas.
Les médecins arabes furent les premier a utilisée la mélisse comme cordial avant les religieux du Carmel.
Elle rentre la composition de liqueur comme la bénédictine et la chartreuse.
La mélisse fait partie des plantes rare qui peuvent être prise pendant la grossesse comme anti-vomitive et contre les nausées, à condition de prendre que 3 tasses par jour en infusion légère une c. à soupe de feuilles pour 500 ml d’eau bouillante. 
Chomel dit que l’eau de mélisse a acquit une réputation égale à celle de l’eau de la reine de Hongrie dont je vous parlerais quand je vos présenterais le romarin.
Pour Paracelse la mélisse est une herbe souveraine pour la plupart des maux et macérer dans du vin de Rhin, elle redonne force et santé à ceux qui sont malades, fatigués ou âgés.
En Alsace, la coutume voulait que les jeunes mariés laissent tremper pendant la nuit une tige de mélisse dans du vin ; au matin, chacun la tirait par un bout et celui qui gardait le plus long fragment dans la main était sûr de "porter la culotte" dans la maison.
Sa tisane agréable agit à merveille sur la digestion.
Elle est à la fois stimulante et calme les problèmes d'origine nerveuse.
Elle a de multiples indications comme les rhumatismes, les palpitations, la mélancolie. Elle résout les plaies.
Herbe aromatique, on l'emploie fraîche en cuisine dans des salades.
Dans les armoire contre les mites et parfume le linge.
Personnellement j’associe la mélisse avec l’angélique, menthe pour la digestion.
Avec d’autres antispasmodiques comme le coquelicot, lavande, à des béchiques comme le tussilage ou la guimauve dans les affections bronchiques.
Houblon, bigaradier valériane, tilleul, aubépine, passiflore pour les problèmes d’origines nerveuses (insomnie, dépression, crise de nerf, etc....).
De plus son goût permet d’apporter une saveur agréable aux tisanes.
La mélisse en cas de tension et de stress fait merveille.
La mélisse c'est montrée aussi efficace contre l'herpès en pommade.
 
Utilisations :
 
Infusion :
Mettre une c. à soupe de feuilles de mélisse par tasse d’eau bouillante, infuser 10 mn.
Boire 2 à 3 tasses.
Contre les spasmes nerveux, les spasmes de l’estomac ou de l’intestin, aérophagies. Boire après les repas.
Avant les repas pour une action stomachique, cholérétique et tonique
Infusion valable aussi pour les vertiges, nausées, palpitations et insomnies.
 
Angoisse et nervosité 75 g de feuilles de mélisse, 20 g de fleurs de camomille et 15 g de feuilles de menthe.
Une c. à soupe par tasse du mélange par tasse d’eau bouillante, infuser 10 mn.
Boire 2 à 3 tasses par jour.
 
Décoction :
Décoction concentrer de feuilles de mélisse 500g pour litre bouillir 5 mn, infuser 10 mn.
En massage contre les névralgies
Dans un bain action calmante contre troubles nerveux et spasmes et règles douloureuses
 
Cataplasme :
Ecraser des feuilles fraîches de mélisse, et les appliquer sur des piqûres d’insectes.
 
Compresse :
Faire une infusion de feuilles de mélisse 50 g par litre. Appliquer en compresse pour soulager les migraines d’origines nerveuses ou digestives.
Feuilles en compresse contre engorgement mammaire et ecchymoses.
 
Alcoolature :
Mettre 100 g de feuilles fraîches de mélisse dans 100 g d’alcool à 95°.
Laisser macérer 2 à 3 semaines, filtrer.
En interne 40 à 50 gttes par jour dans un demi verre d’eau.
Externe 60 gttes dans verre d’eau tiède, en compresses.
 
Teinture :
Faire macérer 30 g de feuilles sèches de mélisse dans 150 g d'alcool à 80°, pendant 10 jours.
Prendre 10 à 20 gouttes dans un demi verre d’eau.
 
Huile :
En friction sur les zones douloureuses en cas de névralgies, rhumatismes, migraines ou enflures après un contusion.
Faire macérer 750 g de feuilles fraîches de mélisse dans 500 ml d'huile végétale.
 
Vin :
Faire macérer pendant 48 h, 50 g à 60 g de feuilles fraîches de mélisse dans un litre de bon vin blanc.
Prendre 2 c. à soupe.
Contre les nausées, la fatigue
 
Poudre :
Comme vermifuge une c. à café avec du miel.
 
Eau de mélisse :
La vraie d’eau de mélisse est en faite un alcoolat de mélisse composée c'est-à-dire un mélange de plantes dont la proportion de mélisse est dominante que l’on fait macérer dans de l’alcool et ensuite on procède à une distillation et on recueil donc l’alcoolat qui est un liquide incolore.
La vrai eau de mélisse des Carme contient de la mélisse, angélique, muguet, cresson, citron, marjolaine, primevère, sauge, romarin, lavande, armoise, sarriette, camomille, thym, coriandre, cannelle, girofle, muscade, anis vert, fenouil, santal et gentiane.
 
Mais on peut faire chez soi des eaux de mélisse dont voici les recettes et différente variante :
Recettes avec distillation :
Sommités fraîches de mélisse 300 g, zeste de citron 5 g, sommités fleuries de serpolet 5 g, sommités fleuries de thym 5 g, sommités fleuries d’hysope 5 g,
Feuilles de sauge 5 g, sommités fleuries de marjolaine 5 g, feuilles de romarin 5 g, racines d’angélique 10 g, semences de coriandre 10 g, écorce de cannelle 5 g, clous de girofle 5 g, macis 1 g, noix de muscade 5 g.
Faire macérer le tout dans 1,1 l d’alcool à 85° pendant 3 jours, ajouter 1 l’eau et distiller au bain marie afin d’obtenir 1 litre d’alcoolat.
Prendre une demi c. à café dans un demi verre d’eau ou pur.
 
Sommités fraîches de mélisse 900 g, zeste de citron 150 g, écorce de cannelle 80 g, clous de girofle 80 g, noix de muscade 80 g, semences de coriandre 40 g, racines d’angélique 40 g, alcool à 80°.
Faire macérer les plantes pendant 4 jours distiller ensuite.
Prendre une demi c. à café dans un demi verre d’eau ou pur.
 
Recettes sans distillation :
Dans un litre d’alcool à 40° faire macérer 100 g de sommités fleuries sèches de mélisse, 15 g de zeste de citron, 10 g de racine d’angélique, 10 g de feuille de menthe, 10 g de feuille de basilic, pendant 12 jours.
Ensuite  ajouter 50 g de semence de coriandre, 10 g de noix de muscade, 10 g d’écorce de cannelle, 3 clous de girofle et laisser macérer encore 8 jours.
Filtrer et mettre en bouteille. Prendre par c. à café en cas d’étourdissements, vertiges, de malaises divers.
 
Dans un litre d’alcool à 40° ou 45°, faire macérer 50 g de feuille de mélisse, 5 g d’écorce de cannelle, 15 g de zeste de citron, 10 g de racine d’angélique, 15 g de semence de coriandre, 10 g de clou de girofle et 15 g de noix de muscade.
Prendre par c. à café.
 
6 poignées de feuilles de mélisse fraîches, 15 g d’écorce de citron, 15 g de noix de muscade, 15 g de semence de coriandre, 10 g de clou de girofle, 10 d’écorce de cannelle, 10 g de racine d’angélique faire macérer pendant 3 jours dans 375 g de vin blanc et 120 g d’eau de vie.
Prendre par c. à café.
 
Faire macérer pendant 9 jours dans 3 litres d’alcool à 40°, 500 g de sommités fleuries de mélisse, 16 g de racines d’angélique, et 125 g de zeste de citron.
Filtrer et ajouter 200 g de semences de coriandre, 40 g de noix de muscade, 4 d’écorces de cannelle et 2 g de clous de girofle.
Laisser macérer encore 8 jours.
Filtrer et ajouter 350 ml d’eau distillée. Laisser reposer 24 heures. Filtrer a nouveau. Et mettre en bouteille.
Prendre un petit verre comme stomachique et antispasmodique.
En usage externe sur les coupures, plaies.
 
120 g de feuilles de mélisse, 30 g d’écorce de citron, 30 g de noix de muscade, 30 g de semences de coriandre, 15 g de clous de girofle, 15 g d’écorce de cannelle. Mettre à macérer dans 2 litre d’alcool à 40°, pendant 8 jours, ensuite filtrer en mettre en bouteille.
Prendre par c. à café.
 
Faire macérer pendant 15 jours dans un litre d’alcool à 80°, 50 g de feuilles de mélisse, 5 g d’écorces de cannelle, 15 g d’écorces de citron, 10 g de racines d’angélique, 15 g de semences de coriandre, 10 g de clous de girofle, 15 g de noix de muscade. Ensuite filtrer.
Prendre par c. à café.
 
Faire macérer pendant 15 jours dans 1, 5 l d’alcool à 40° ou 45°, 15 g de feuilles de mélisse, 15 g de feuilles de basilic, 15 g de feuilles d’hysope, 15 g de feuilles de menthe, 15 de feuilles de sauge, 15 g de feuilles d’absinthe, 15 g de racines d’angélique. Filtrer et mettre en bouteille.
Prendre par c. à café.
 
Dans un litre d’alcool à 40° ou 45°, faire macérer 50 g de feuille de mélisse, 10 g d’écorce de cannelle, 30 g de zeste de citron, 15 g de racine d’angélique, 60 g de semence de coriandre, 5 g de clou de girofle et 10 g de noix de muscade.
2 c. à soupe.
 
Dans 2, 5 l d’alcool à 70° faire macérer pendant 4 jours 350 g de sommités fleuries fraîches de mélisse, 75 g de zeste de citron, 40 g d’écorces de cannelle, 40 g de clou de girofle, 40 g de noix de muscade, 20 g de semences coriandre et 20 g de racines d’angélique.
Une demi c. à café.
 
On peut utiliser l’eau de mélisse en externe comme vulnéraire, en interne contre l’anxiété, nervosité, stomachique, antispasmodique, vertiges en un mot les propriétés de la mélisse.

Liste de plantes

Accueil